Un entretien pas comme les autres

Cela faisait déjà quelques semaines que je n’avais plus de boulot, je passais mes journées à l’affut des petites annonces dans le journal, quand cette annonce de recherche serveuse pour restaurant m’a attirée. J’ai jamais été serveuse dans ma vie, c’est à savoir si je sais servir du vin dans un verre à pied. Qui ne tente rien n’a rien… je m’invente deux expériences professionnelles en restauration vite fait dans la limite du raisonnable et hop mon cv est envoyé. 
Sans grande conviction je continu de faire ma vie, quand deux semaines plus tard à 11h mon téléphone se met à sonner. Au bout du fil une voix grave avec un accent:_ Allo bonjour, vous avez postulé à une offre d’emploi pour un poste de serveuse. Êtes vous toujours en recherche?Moi contente et excitée, sautant dans mon for intérieur et prenant une voix de standardiste:_ Oui Bonjour, oui, oui, biensûre. _ J’ai un poste de disponible, est ce que vous êtes disponible pour un entretien aujourd’hui?_ Oui oui, biensûre Avec du recul je me dis ouh là la meuf zero personnalité tellement en galère de job sans poser plus de questions accepte de se déplacer comme ça._ Ok à tout à l’heure au 2 rue de Nzeng-ayong à 14h. 


À peine l’appel raccroché que je commence ma danse de la joie sans même avoir signé de contrat, sans même savoir de quel type de restauration il s’agit. À tout cela j’ai la boule au ventre en me disant mais j’ai jamais été serveuse. J’ai menti, je ne sais pas porter des assiettes. Là je me dis allez tu as encore des heures avant l’entretien, tu  peux encore « nourrir le mouton avant le marché ». Je regarde vite des tutos sur youtube comment effectuer un service à trois assiettes, en même temps je m’exerce avec mes assiettes qui ne manquent pas de vouloir se renverser à chaque fois déjà que j’en ai pas beaucoup. Au bout de 45 minutes, j’en ai ma claque. Je prépare mon pitch je m’habille dans les codes du métier pantalon noir, chemise blanche, veste noire, derbies noires. J’y vais une heure avant pour être certaine de ne pas arriver en retard. 


Sur le chemin je me rends compte que ce n’est pas dans les rues passantes en plein centre ville, et je me dis, qui vient vraiment manger ici dans un quartier reculé. Bref j’y vais? j’y vais pas? Tu ne vas pas faire demi tour tu es à 3minutes de l’endroit. Là j’arrive devant un restaurant, fermé, sans menu devant, avec des rideaux qui ne permettent pas de voir l’intérieur. J’éssaye d’ouvrir la porte qui est fermée il faut sonner. Je sonne quand une femme vient guette par dessus le rideau et m’ouvre par la suite. Je rentre dans ce restaurant si l’on peut toujours l’appeler ainsi, murs rouges avec des coussins en cuires rouges, des petits salons séparés par un éventail. Cette petite dame à peu près la quarantaine me reçoit et me demande de m’asseoir avant d’aller en cuisine. Elle porte un jean destroys taille basse qui laisse entrevoir la raie de ses grosses fesses, un minuscule polo deux fois plus petit qu’elle ne cesse de tirer vers le bas comme pour cacher je ne sais quoi alors que tout est déjà exposé et des claquettes. Elle revient vers moi s’asseoit en face de moi avec sa cigarette allumée. Indisposé je me retiens de tousser par politesse quand la sonnette retentit. Elle va ouvrir toujours en tirant sur son polo. Un homme rentre ils se font la bise. « ah ma chérie tu vas bien? », ils rigolent comme deux copines. Il tourne son regard et me voit, il vient vers moi avec un grand sourire._Ah il y’a de la nouveauté ici. En me faisant la bise. Tu viens de quel pays ma cherie?_ Je suis fanganaise, vous connaissez?_ Oui ici y’a toute l’Afrique, y’a les terangaise, les bamelekaise on a vu de tous les pays.
Dans ma tête je me dis où est le rapport? c’est comme si tu me demandes si je connais la France et je te dis oui ici y’a les italiens, les hollandais. Mais tu vas rien dire ma cocotte tu es en galère donc montre tes dents et smile. _Tu vas voir ici tu vas t’amuser, tu vas rencontrer des gens de tous les milieux, y’a des avocats, si tu es intelligente tu vas discuter avec eux, si t’es gentille ils vont te faire beaucoup de cadeaux des voyages aux USA, un appartement… Tu verras ils vont t’aimer en plus tu t’exprimes bien, tu sembles savoir te tenir…_ Bah moi je le dis toujours aux filles, (dit_elle en allumant une autre cigarette) si elle sont ambitieuses et qu’elles travaillent sérieusement elles peuvent se faire du fric pour payer leurs études, une voiture. Moi je me souviens, à leurs âges je n’allais pas en cours, je payais mes copines pour faire mes devoirs et à coté je me faisais des mois à 400 000francs dans les bars. Si on convertit aujourd’hui en fcfa c’est pas mal pour une étudiante.


Je les regardais dans les moindres détails entrain de me vendre du rêve comme une grosse gogole. Je me disais donc j’ai passé mon temps à m’entrainer à soulever des assiettes pour ça? Elle qui continuait à raconter son temps passé lui toujours avec son grand sourire qui sent l’hypocrisie à plein nez. Je me demandais mais où sont les autres serveuses? Dans quoi suis-je tombée?
_Tu veux rester voir comment ça se passe? Me demanda t’elle en me regardant droit dans les yeux. Tu sais ici c’est un endroit correcte je te préviens ici y’a pas de touchage de kekette comme ailleurs. Mes clients sont tous des habitués et des hommes respectables. Tu restes ou pas?Je ne sais quoi répondre, il est évident que ce n’est pas un restaurant classique, mais je suis tellement curieuse, certes ils sont glauques mais je me sens bien, ça doit différer de mon quotidien…

_Oui je reste. répondis-je avec un sourire gêné_ Bah parfait. Tu veux boire un verre? mets toi à l’aise. Tu verras tu vas t’amuser ici tu te feras de l’argent en t’amusant._Non merci j’ai pas soif.

À SUIVRE…

Un commentaire sur “Un entretien pas comme les autres

  1. Coucou 😊 Ton histoire me rappelle une annonce de job dans un journal qui cherchait des filles pour travailler dans un bar à champagne, logée nourrie blanchie, et j’avais trouvé ça louche à l’époque. J’espère que tu publieras la suite de cette histoire ! Bisous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.